. .

Projet Co-gestion des zones de non-prélèvement/AMP

Photo: SPA/RAC, Arafat Ben Marzou
Titre :

Renforcer la durabilité des actions : Développer les zones de non-prélèvement/aires marines protégées co-gérées et financièrement durables

Démarrage et durée:

30/07/2020 pour une durée de 30 mois

Contexte :

La mer Méditerranée est un hotspot de biodiversité, elle concentre près de 18% des espèces marines connues dans le monde, alors qu’elle ne représente que 0,3% du volume total des océans. Elle fournit des services vitaux pour la vie humaine, comme la production d’oxygène et la séquestration du carbone, grâce notamment aux habitats marins que constituent la végétation marine et le coralligène. La mer contribue également à la sécurité alimentaire puisqu’elle fournit près de 20 % de la production en protéines.

La Méditerranée est riche, mais elle est aussi sous pression. La surexploitation des ressources halieutiques concerne plus de 3/4 des stocks de poissons. Les herbiers de posidonie, qui représentent les poumons de la Méditerranée, ont régressé de 30% sur une période de 50 ans. Une meilleure conservation et gestion de la biodiversité est plus que jamais nécessaire pour une Méditerranée durable.

Les aires marines protégées sont un outil efficace pour rétablir des populations d’espèces et améliorer l’état des habitats marins. Toutefois, moins de 2% de la Méditerranée est couverte par des AMP effectivement gérées. Sur plus de 1 000 AMP existantes, très peu ont enregistré une augmentation de la biomasse et de la diversité des poissons. D’autre part, seulement 0,04 % du bassin est couvert par des zones de non-prélèvement, qui permettent aux stocks de poissons de se renouveler.

Objectif :

L’objectif de ce projet est d’apporter des solutions pour améliorer la gestion et la gouvernance des aires marines protégées et renforcer la protection de certaines zones en Méditerranée.

Chaque site présentera des approches et des outils spécifiques pour traiter les problèmes récurrents en termes de gouvernance, de conception, de financement et d’application, et permettra de s’en inspirer et d’éventuellement les reproduire.

Dans chacun des sites du projet, les pêcheurs, ainsi que d’autres acteurs clés, seront responsabilisés grâce à leur participation. Dans le cadre du processus décisionnel, les pêcheurs élaboreront leurs solutions de gestion qui garantiront une pêche rentable pour l’avenir et assureront la volonté de maintenir leur engagement au-delà de la fin du projet.

Le projet est conçu pour garantir un impact à long terme. La durabilité financière des initiatives locales sera garantie par le renforcement des compétences financières au niveau local, l’expérimentation et la mise en œuvre de mécanismes de financement et l’attraction de nouveaux investisseurs. Les résultats du projet seront étendus au niveau régional en soutenant le renforcement des capacités, en diffusant et en échangeant les leçons apprises, en promouvant la mise en réseau afin d’amplifier l’impact et d’augmenter le potentiel de reproduction en inspirant et en impliquant d’autres AMP et pêcheurs des pays méditerranéens et au-delà.

Principales activités du SPA/RAC dans ce projet :

Au niveau des sites pilotes de la futures Aire Marine et Côtière Protégée des îles Kuriat, du Parc National d'Al Hoceima et de la zone spéciale de protection de l'environnement de Foça :

  • Mise à jour de plans de gestion en accordant une attention particulière à la réduction de l'impact des activités de pêche sur les habitats marins clés, sur la base des résultats du projet MedKeyHabitats II.
  • Renforcement des capacités des principales parties prenantes en matière de surveillance des habitats marins clés (formation, équipements, etc.).
  • Développement d’une stratégie de surveillance pour atténuer les activités de pêche illégale sur les habitats marins sensibles.

Au niveau du site pilote de Jbel Moussa :

  • Promotion de la pêche durable et artisanale à travers la mise en œuvre du Plan de gestion intégré du Site d'intérêt biologique et écologique (SIBE) de Jbel Moussa.

Au niveau du site pilote de la future Aire Marine Protégée de l'île de Rachgoun :

  • Etude socio-économique de l'activité de pêche et identification des mécanismes de participation des acteurs locaux concernés par la future AMP de l'île de Rachgoun.

Au niveau national (Algérie, Maroc, Tunisie et Turquie) :

  • Élaboration et adoption de deux plans d'action nationaux pour la conservation de la végétation marine et pour la conservation du coralligène.

Au niveau régional :

  • Plaidoyer auprès des représentants des pays méditerranéens pour adopter et mettre en œuvre le PASBIO post-2020 et la Stratégie post-2020 pour les AMP/OECM en Méditerranée, incluant des mesures fortes sur les zones de non-prélèvement et l'efficacité et la durabilité de la gestion des AMP/OECM.
Sites où les activités seront mises en place :

Groupes cibles :

Les gestionnaires des AMP, les praticiens, les autorités et parties prenantes concernées dans les pays bénéficiaires du projet.

Partenaires:

Huit partenaires directs :

Quatre partenaires indirects :

Quatre partenaires associés :

Financeurs du projet

Financeur principal : Fondation MAVA

Le SPA/RAC contribue également par un autofinancement.

Pour plus d'informations sur le projet MPA/NTZ, veuillez contacter

Yassine-Ramzi Sghaier
Chargé de projet MPA/NTZ